Merci de vous inscrire à notre infolettre.
Infolettre
Si vous souhaitez recevoir de nos nouvelles, il suffit d’entrer votre adresse courriel dans la boîte ci-contre.
Veuillez remplir les champs correctement.
Droit du travail
Droit du travail
En savoir plus
Droit criminel
Droit criminel
En savoir plus
ROY BÉLANGER offre une gamme complète de services professionnels aux associations de salariés, à leurs membres et aux travailleurs et travailleuses dans tous les champs d’expertise reliés au droit du travail et leur offre le soutien juridique dont ils ont besoin dans la résolution de leurs problèmes.
Publications récentes
02/12/ 2020

Me Laurence Lorion

Le privilège relatif au litige est un principe de common law qui constitue une « exception au principe de la divulgation complète de la preuve » et qui « protège contre la divulgation forcée de documents et de communication dont l’objet principal est la préparation d’un litige »[1]. 

Dans l’arrêt Blank de la Cour suprême, le privilège relatif au litige est circonscrit comme suit:

Il s’applique aux communications à caractère non confidentiel entre l’avocat et des tiers et englobe même des documents qui ne sont pas de la nature d’une communication ;

Il ne s’applique que dans le contexte du litige lui-même ;

Il est basé sur le besoin d’une zone protégée destinée à faciliter, pour l’avocat, l’enquête et la préparation du dossier en vue de l’instruction contradictoire[2].

 

A – L’application du privilège relatif au litige et le rapport d’expertise commandé en prévision d’une audience au Tribunal administratif du travail, division santé et sécurité du travail

En juillet 2019, la Cour d’appel du Québec a tranché la question de l’application du privilège relatif au litige dans le cadre d’une audience devant le Tribunal administratif du travail, division santé et sécurité du travail (ci-après : le « TAT »). Dans cette affaire, la travailleuse avait déposé un rapport d’expertise en prévision de son audience devant le TAT. L’employeur, en préparation de cette même audience, avait décidé de la faire contre-expertiser. À l’audience, l’employeur n’a pas déposé le rapport d’expertise qu’il avait commandé et n’a pas remis une copie de ce rapport à la travailleuse. Elle a alors présenté une demande pour forcer la divulgation et le dépôt du rapport d’expertise de l’employeur. Ce dernier a invoqué le privilège relatif au litige afin d’éviter le dépôt dudit rapport.

Le TAT a conclu que le privilège relatif au litige ne s’appliquait pas « dans un contexte du droit administratif devant un tribunal administratif de nature quasi judiciaire » et a ordonné à l’employeur de déposer l’expertise. Pour appuyer sa décision, le TAT a invoqué ses larges pouvoirs d’enquête.

L’employeur a présenté une demande de révision interne de cette décision auprès du TAT-2, lequel a conclu que le TAT avait commis « une erreur de droit puisque le privilège relatif au litige s’appliqu[ait] en droit administratif »[3]. Toutefois, selon le TAT-2, cette erreur n’était pas déterminante puisque le TAT « s’[était] appu[yé] sur l’exercice de ses pouvoirs et ceux dont il est investi en vertu de la [Loi sur les commissions d’enquête] »[4].

La Cour supérieure, saisie d’une demande de contrôle judiciaire de l’employeur, a rejeté cette demande puisque la décision du TAT « apparten[ait] aux issues possibles acceptables pouvant se justifier au regard des faits et du droit »[5].

La Cour d’appel a, quant à elle, conclu que les larges pouvoirs d’enquête conférés au TAT ne lui permettaient pas d’écarter le privilège relatif au litige. Selon la Cour d’appel, « le privilège relatif au litige ne s’oppos[ait] pas à la recherche de la vérité » puisque «la capacité des parties d’élaborer leur stratégie en toute confiance et à l’abri d’une divulgation forcée est une condition sine qua non de l’efficacité d’un processus qui, justement, favorise la recherche de la vérité »[6]. Par ailleurs, selon la Cour d’appel, le fait que le TAT jouisse d’une grande autonomie au niveau de la preuve ne lui permettait pas d’écarter le privilège relatif au litige.

La Cour d’appel a conclu que le TAT-2 avait mal analysé la question, basant sa décision sur les pouvoirs particuliers du TAT et de son autonomie en matière de preuve « sans considérer le régime d’indemnisation créé par la [Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (ci-après : la « LATMP »)], en particulier la procédure d’évaluation médicale prévue au chapitre VI de cette loi »[7]. La Cour d’appel a donc décidé de retourner le dossier au TAT afin qu’il détermine si la LATMP permettait d’écarter le privilège relatif au litige ou encore de vérifier s’il existait une exception dans le cas d’un rapport obtenu à la suite de l’examen médical du travailleur.

Le 7 mai dernier, le TAT a rendu une décision, dans laquelle elle a ordonné à l’employeur de déposer le rapport d’expertise.

Le TAT a d’abord analysé la section I du chapitre VI de la LATMP. C’est en vertu de cette section que l’employeur et la CNESST ont un droit d’accès au dossier du travailleur. L’employeur et la CNESST peuvent également faire expertiser le travailleur en vertu de cette section et demander au Bureau d’évaluation médicale de se prononcer si les conclusions de l’expertise demandée sont contraires à celles du médecin traitant. En vertu de cette section, tant le travailleur, l’employeur et la CNESST sont dans l’obligation de transmettre tout rapport médical. Ainsi, « une partie ne pourrait donc pas, considérant les dispositions prévues dans cette section, se soustraire à cette transmission en vertu du privilège relatif au litige dans le cadre d’une contestation devant le Tribunal »[8].

Toutefois, le TAT est arrivé à la conclusion que le rapport d’expertise déposé par la travailleuse ne l’avait pas été en vertu de cette section, mais avait plutôt été demandé en vue de la contestation devant le TAT. Ainsi, la contre-expertise de l’employeur n’était pas soumise aux règles de transmission prévues à cette section. En effet, il s’agissait « d’une contre-expertise faite à la demande de l’employeur dans le cadre de sa contestation devant le Tribunal »[9].

Le TAT a toutefois conclu que « la mission d’ordre public de la [LATMP], une loi à vocation hautement sociale, et le devoir de juste indemnisation du Tribunal lorsqu’il l’applique dans sa nature remédiatrice […] jumelés « à l’intention du législateur quant à la communication des expertises lorsqu’un travailleur est concerné » énoncée à la section I du chapitre VI de la [LATMP] permettent de reconnaître une nouvelle exception au privilège relatif au litige dans le cas d’un rapport obtenu à la suite de l’examen médical d’un travailleur »[10].

* Il est à noter qu’une demande de révision est actuellement intentée par l’employeur. Ainsi, nous suivrons de près les développements suivant la demande de révision.

 

B –La renonciation au privilège relatif au litige dans le cadre d’un arbitrage de griefs portant sur un congédiement

Dans une décision récente rendue par l’arbitre Denis Nadeau, le syndicat a demandé la communication d’un rapport d’enquête effectué avant l’imposition de la suspension et du congédiement contestés par grief. L’employeur a refusé l’accès audit rapport d’enquête en invoquant le privilège relatif au litige. Dans un premier temps, le syndicat a plaidé que le rapport d’enquête ne pouvait être visé par le privilège relatif au litige, ayant été effectué avant l’imposition de la suspension et du congédiement. Subsidiairement, le syndicat a prétendu que l’employeur ne pouvait invoquer l’application de ce privilège y ayant renoncé implicitement en justifiant ses décisions par ce rapport d’enquête.

L’arbitre n’a pas retenu la première prétention du syndicat. Bien qu’au moment où le rapport d’enquête a été commandé, la suspension et le congédiement n’étaient pas encore imposés, il n’avait tout de même « pas été déclench[é] dans un vide juridique »[11]. Selon l’arbitre, l’enquête n’avait pas été enclenchée de façon abusive et sans droit, mais en vertu des pouvoirs de direction de l’employeur. En fait, lorsque l’employeur a enclenché une telle enquête portant sur la probité de l’un de ses employés, un éventuel litige de nature disciplinaire pouvait être raisonnablement appréhendé. En effet, « si l’enquête et son rapport amènent l’employeur à prendre des actions, comme c’est le cas en l’espèce (S-5), à consulter un procureur, et sont utilisés pour « élaborer une stratégie » dans la préparation et la prise d’une décision, vraisemblablement contestée par la suite, la connexité étroite entre le processus de préparation du dossier et le début « officiel » d’un litige – ici, le grief du 16 janvier 2020 paraît manifeste » [12].

Toutefois, l’arbitre est arrivé à la conclusion que l’employeur avait renoncé au privilège relatif au litige. En effet, la résolution du comité exécutif avalisant le congédiement du salarié s’appuyait sur les résultats de l’enquête. Or, tel que mentionné dans l’arrêt Union canadienne[13] de la Cour d’appel, une partie renonce au privilège relatif au litige lorsqu’elle « allègue l’existence et le contenu de ce rapport dans ses procédures »[14].

Ainsi, l’arbitre a ordonné à l’employeur de communiquer au syndicat une copie intégrale du rapport d’enquête avant la reprise de l’audience.

____________________________________

[1] Procureur général du Canada c. De l’Étoile, 2019 QCCA 1178 (CanLII), par. 1.

[2] Blank c. Canada (Ministre de la Justice), [2006] 2 R.C.S. 319, par. 28.

[3] Gendarmerie royale du Canada et De L’Étoile, 2020 QCTAT 1981, par. 11.

[4] Id.

[5] Id., par. 12.

[6] Procureur général du Canada c. De l’Étoile, 2019 QCCA 1178 (CanLII), par. 31.

[7] Id., par. 33.

[8] Gendarmerie royale du Canada et De L’Étoile, 2020 QCTAT 1981, par. 34.

[9] Id., par. 37.

[10] Id., par. 45.

[11] Syndicat de l’enseignement de l’Amiante et Commission scolaire des Appalaches (Sylvain Grégoire), 2020 QCTA 266, par. 33.

[12] Id., par. 34-35.

[13] Union canadienne, compagnie d’assurance c. St-Pierre, 2012 QCCA 433.

[14] Id., par. 51.

01/12
2020

COUR D’APPEL – obtention d’un poste – grossesse – Directeur des poursuites criminelles et pénales – discrimination – articles 10 et 16 de la Charte des droits et libertés de la personne – remède approprié.
LÉSION PROFESSIONNELLE – accident du travail – article 2 de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles – interprétation des termes à l’occasion du travail – querelle avec son collègue – existence d’un lien direct ou indirect avec le travail.
LÉSION PROFESSIONNELLE – ongle incarné infecté – patrouilleur à pied – application de la présomption de l’article 28 de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles – définition d’une blessure – agent vulnérant extérieur.
GRIEF – frais de représentation – article 604.6 de la Loi sur les cités et villes – poursuite par le cousin du policier – référence dans le cadre d’un processus d’embauche – le policier était dans l’exercice de ses fonctions.
DÉONTOLOGIE POLICIÈRE – Article 11 du Code de déontologie – Ne pas avoir conduit son véhicule patrouille avec prudence et discernement – Intervention sur l’autoroute- Moto artisanale- Policier acquitté
DÉONTOLOGIE POLICIÈRE – Article 5 du Code de déontologie – Article 7 du Code de déontologie – refuser de rencontrer le plaignant – discrétion policière – discrétion quant à la tenue d’une enquête – contact avec le plaignant difficile.

DÉONTOLOGIE POLICIÈRE – article 230 de la Loi sur la police – voies de fait – sanction appropriée – destitution ou période inhabileté – révision judiciaire – norme de contrôle – Vavilov.
DROIT CRIMINEL – Détermination de la peine – Article 12 de la Charte – Meurtres au premier degré – Attentat de la grande mosquée de Québec – Appel accueilli – Article 745.51 C.cr. Déclaré inconstitutionnel.

PAR ME AMÉLIE SOULEZ ET ME KIM SIMARD

En savoir plus
23/11
2020

GRIEF – Congé annuel – Indemnité afférente – Indemnité compensatoire – Ordre public – Loi sur les normes du travail – normes minimales – grief accueilli.

GRIEF – Demande en précisions – Congédiement – Essentiel des faits – Défense pleine et entière – Équité procédurale – Justice naturelle – Confidentialité – Données nominatives – Équilibre – Pouvoir du tribunal – Demande accueillie en partie.

CONGÉDIEMENT – Loi sur les normes du travail – Assiduité – Retard – Progression des sanctions – Tolérance de l’employeur – Gravité de la faute – Avis écrit – Congédiement annulé.

GRIEF – Milieu policier – Rappel au travail – Éthylomètre – Nuit – Temps supplémentaire – Continuité – Interruption – Prestation de travail – Indemnité minimale – Appel téléphonique – Erreur de l’employeur – Griefs rejetés.

COUR SUPRÊME – Droit criminel – Registre des délinquants sexuels – Article 15 de la Charte canadienne ¬– Droit à l’égalité – Discrimination fondée sur une déficience mentale ou physique – Inconstitutionnalité – Déclaration d’invalidité prononcée par la Cour d’appel, qui en a suspendu l’effet pour 12 mois et exempté le demandeur de la suspension – Pourvoi rejeté.

PAR ME ANDREW CHARBONNEAU ET ME KIM SIMARD

En savoir plus
16/11
2020

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU TRAVAIL – Conciliation – Entente entre les parties – Courriels échangés avec le conciliateur – Privilège des communications en vue de régler un litige – Confidentialité – Absence de consentement – Demande rejetée.

POURVOI EN CONTRÔLE JUDICIAIRE – Plainte en vertu de l’article 47.2 Code du travail – Exclusion des témoins – Exclusion d’une partie – Justice naturelle – Obligation de motiver une décision – Pourvoi accueilli.

DEMANDE D’INJONCTION INTERLOCUTOIRE – Paiement des droits par le syndicat – Liberté d’association – Apparence de droit – Forte concurrence syndicale – Absence de préjudice sérieux ou irréparable – Prépondérance des inconvénients défavorable – Demande rejetée.

DÉONTOLOGIE POLICIÈRE – Jugement sur sanction – Article 7 du Code de déontologie des policiers – Saisie sans droit – Entrée sans droit – 3 jours de suspension.

DEMANDE D’ORDONNANCE – Exclusion des témoins et confidentialité des débats – Grief – Instances parallèles – Cour fédérale du Canada – Bonne administration de la justice – Mandat de l’arbitre – Demande d’ordonnance refusée.

COUR SUPRÊME DU CANADA – Appel – Agression sexuelle – Exploitation sexuelle d’une personne handicapée – Crédibilité et fiabilité du témoignage d’une personne handicapée – Appel accueilli.

PAR ME JEAN PAUL ROMERO ET ME KIM SIMARD

En savoir plus